Le Cahier Des Sentiments

ZATO

vendredi 26 novembre 2021

« Je n’ai pas fait cet album pour les rappeurs. »

À Bruxelles, Zato est un artiste qu’on ne présente plus. Diminutif de Zatoichi, samouraï aveugle qui voit tout, son blaze nous rappelle qu’on voit parfois plus avec nos sens qu’avec nos yeux. Actif depuis 1998, le rappeur qui avait fait ses marques au sein de la SEXION TNT se fait connaitre avec son groupe DAMOCLES en 2004. Quelques temps plus tard, il décide de se lancer en solo en proposant la mixtape Avant La thérapie, avec plusieurs clips à la clé dont Le ModèlePardonne-moi ou encore En cours de route.

Entre 2005 et 2010 il participe à plusieurs battles MC organisés par Legal Sound avec B.Flow (RIP) et Fourmiz. Au début de la pandémie, Zato sortait avec DAMOCLES le projet Damosphère, proposant des clips comme JobB1en et Anthem. Le 26 novembre 2021, il revient avec un nouvel opus : Le Cahier des Sentiments.

Ayant pour ambition de faire voyager les gens, tant dans les paroles que musicalement, l’album surprend par sa direction artistique. Aux antipodes de ce que le rappeur a proposé précédemment, Le Cahier des Sentiments prend à contre-pied le kickage auquel Zato nous avait habitué. Véritable palette de couleurs, il nous transmet sa passion, son deuil, sa joie et sa colère. Ayant aiguisé sa plume au fil des années, le pro de l’impro et des assonances s’attache au texte et aux images qu’il peut évoquer. Un album à l’état d’esprit positif, reflétant celui de l’auteur : on reste debout quoi qu’il arrive, dans la joie et la bonne humeur.

Le premier single du projet, Axélère, fait référence au prénom du rappeur : Axel. Le clip, réalisé par Amin Bendriss, met en avant un désir de nouveau départ, conceptualisé comme une lumière sortant des ténèbres. Le tout mijoté à la sauce londonienne avec quelques motos, quelques danses, ambiançant les auditeurs tout en balançant des propos engagés. Bien que restant sombre si on le compare aux autres tracks de l’album, Axélère annonce néanmoins la couleur du projet : des paroles street, vraies, profondes ; Zato parle de ses expériences personnelles, de ses ressentis et de sa vie au quotidien, tout en posant sur des instrus éclectiques en y adaptant son flow.

Loin de la boom bap qui est son style de prédilection, le rappeur pose sur de la drill, de l’afro, jusqu’à pousser la chansonnette. À une époque où la musique ne s’écoute plus de la même manière, Zato choisit de proposer plusieurs couleurs, les siennes, sans pour autant entrer dans le mimétisme que l’on connait aujourd’hui. De track en track Le Cahier des Sentiments nous fait voyager dans des univers différents, rappelant la phrase de Nietzsche qui disait : « Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse. » Et ouais, on peut kiffer le rap et kiffer Nietzsche aussi…

Du côté de ses playlists on retrouve des artistes comme IshaFrenetikOG Gold ou encore HD La Relève. Fier de ses petits frères et du respect qu’inspire le rap belge actuel, Zato rappelle que la musique c’est avant tout une énergie, un ressenti, un état d’esprit. Plus qu’une question d’époque, c’est surtout une question de mode de vie.

Déter comme Lumumba, conquérant comme Gengis Khan, Zato brandit son katana et descelle son cahier, livrant ses sentiments au public. À une époque où il est plus facile de se mettre à poil que de se mettre à nu, il nous met le micro sur la tempe, la plume sur la gorge.

partager cette page
Cookies

Ce site utilise des cookies. En utilisant notre site, vous consentez à l'utilisation de cookies.